Covid – bienvenue en Hysteria !

Voici 4 petits extraits (+ 1 bonus) d’à peine 3-4 minutes très révélateurs sur la gestion de l’épidémie Covid cet automne 2020. A voir absolument !

Commençons par l’extrait d’un cours d’Etienne Klein sur les tests PCR :

Pour mieux comprendre ce qu’il raconte, écrivons déjà ce qui est dit :
Prenons un échantillon de population au pif. Les contaminés sont rares, on a un cas sur 1000, et sont sans symptômes.
Le test est fiable à 95%. Celui qui est malade sera détecté. Parmi ceux qui ne sont pas malades, 5% seront déclarés positifs.
Bilan sur l’échantillon de 1000 personnes :
1 cas positif (détecté, réel).
5% de 1000 soit 50 cas détectés, faux-positifs.
Le ratio obtenu par le test est d’un donc vrai positif sur 50 faux, soit 1/50 = 0,02 = 2%.

Commentaire perso : cela ne veut pas dire que les gens qui ont fabriqué le test sont idiots. Si les contaminés étaient très nombreux, le test aurait un très bon pourcentage de réussite.
Mais puisque les contaminés sont rares, on change de phénoménologie (c’est l’importance en sciences du qualitatif et du quantitatif), et les effets de bords deviennent très significatifs, voire prépondérants. D’où cette bizarrerie très justement relevée par E Klein.

Poursuivons sur la lancée avec cet aveu de l’ancien Directeur de la recherche du laboratoire Pfizer :

Voyons quelques éléments troublants que même les grandes chaînes ne peuvent plus cacher :

Et au cas où vous auriez un doute sur la bonne volonté de nos gouvernements, toujours prêts à discuter de manière sereine et constructive (LOL), voici une magnifique scène d’hystérie qui met mal à l’aise même une journaliste mainstream :

Bon allez, ‘faut tenir alors finissons avec un peu d’humour très bien composé :

 

Pour creuser plus :


.

Une IA peut diagnostiquer le Covid-19 par le son de la toux à 98,5%

C’est dans ce but que les chercheurs du MIT, le célèbre institut de technologie du Massachusetts aux nombreuses recherches de pointe, ont mis au point un algorithme d’intelligence artificielle qui cherche à déterminer si un patient est atteint par le coronavirus SARS Cov-2 ou s’il tousse pour une tout autre raison. La même équipe avait déjà réussi à démontrer que le son d’une toux associée à une IA bien entraînée permettait de détecter des pneumonies, de l’asthme et même des maladies neuromusculaires.

Cette fois, en utilisant la plus grande base de données disponible autour des patients atteints de Covid-19, le modèle généré a donné d’impressionnants résultats. Sur l’ensemble des patients testés, l’algorithme a détecté 100 % des porteurs asymptomatiques et 98,5 % de ceux ayant d’autres symptômes. De plus, ces résultats ont de faibles taux de faux positifs et faux négatifs avec des spécificités respectives de 83 % et 94 %.

Article sur techcrunch.

Du microplastique dans les organes

Des chercheurs de l’Université d’Etat de l’Arizona ont analysé 47 échantillons d’organes humains, prélevés d’une banque de tissus destinée à étudier les maladies neurodégénératives, et leurs conclusions sont sans appel. Des poumons aux reins, en passant par le foie et la rate, des microplastiques et nano plastiques ont été détectés dans chaque échantillon.

Les microplastiques peuvent héberger des produits chimiques toxiques et nuire à certaines créatures marines. Les moules perdent ainsi de leur adhérence lorsqu’elles y sont exposées. Les humains y sont exposés en consommant de la nourriture, en buvant de l’eau ou encore en respirant.

Si l’impact sur la santé n’est pas encore connu, beaucoup craignent que ces particules aient un impact notamment sur la fertilité et la fréquence des cancers.

Article sur Les Echos.

 

Ce qui est refusé à Raoult est permis à d’autres

Un cas d’école

[…] En deuxième lieu, nous souhaitons rappeler quelques faits marquants, non exhaustifs, concernant un autre médicament censé prévenir la survenue d’un type de cancer chez les femmes ; un cas d’école.

Un ministre de la Santé annonce son remboursement alors même que la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) n’a pas encore rendu son avis sur le rapport bénéfice/risque. Une fois rendu, l’avis de cette autorité affirme que la preuve clinique de l’efficacité de ce médicament, dans la prévention du cancer en question, n’est pas apportée et que des incertitudes demeurent ; que ce cancer a commencé à diminuer avant l’arrivée de ce médicament. Une revue indépendante confirme que cette efficacité n’est pas démontrée, qu’elle est simplement hypothétique. Ce médicament obtient pourtant l’autorisation de mise sur le marché (AMM).

Lors de la publicité faite pour ce produit, une manipulation de l’information est relevée par l’Agence française de sécurité sanitaire ; puis notée dans le Journal officiel de la République française (JORF). Cette publicité est interdite. Mais la promotion de ce produit se poursuit par d’autres moyens : certaines célébrités médicales, sociétés savantes, etc. qui oublient de signaler, au public, leurs liens et conflits d’intérêts. Parmi ces personnalités figure un pédiatre qui a déjà été condamné par la chambre de discipline de la première instance de l’Ordre des médecins (nous ignorons s’il a interjeté appel de cette décision).

L’article sur le Point.

 

Exemple de manipulation – interview BFM-WC

Je ne suis pas un soutien du Dr Raoult, qui doit être soumis à la critique comme tout autre, mais l’hystérie contre lui est devenue sidérante. Voici une très belle démonstration de tentative de manipulation par son intervieweuse (ultra idéologisée, et arrogante comme tous les gens très médiocres) :

 

Pour le monde d’après c’est mal barré…

Blackrock va conseiller l’Europe !

SOURCES ] 44% des contaminations par des présymptomatiques : https://www.nature.com/articles/s4159… Blackrock, climat et UE : https://www.bastamag.net/CAC-40-Trans… https://www.theguardian.com/business/… https://www.marianne.net/economie/l-u… https://www.mediapart.fr/journal/fran… L’ordonnances pour les fonctionnaires https://www.legifrance.gouv.fr/affich… La …

.