Coronavirus Covid19 confinement – autorisation de déplacement

A partir de midi ce mardi, Vous vous exposez à une amende en cas de contrôle des forces de l’ordre si vous n’avez pas sur vous l’attestation obligatoire à remplir pour vous déplacer.

A télécharger sur le site du ministère de l’Intérieur.

Attention, ces papiers sont souvent mis à jour, allez vérifier.

Le 16 mars 2020, le Président de la République a décidé de prendre des mesures pour réduire les contacts et déplacements au strict minimum sur l’ensemble du territoire à compter du mardi 17 mars à 12h00, pour quinze jours minimum.

Des dérogations sur attestation seront possible dans le cadre de :

  • déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle,
    lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées
    sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements
    professionnels ne pouvant être différés ;
  • déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des
    établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr) ;
  • déplacements pour motif de santé ;
  • déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes
    vulnérables ou la garde d’enfants ;
  • déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle
    des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins
    des animaux de compagnie.

 

La pensée suit les lois de la physique quantique

C’est de pensée qu’on parle et non pas de biologie : cette étude dit non pas que le cerveau et ses milliards de neurones sont un système physique quantique, mais que notre pensée, la manière dont on traite les informations, dont on apprend et dont on fait des choix, suit une logique quantique.

Cela fait quelques années que l’idée fait son chemin, mais jamais jusqu’ici elle avait été appuyée par des preuves aussi robustes : une équipe internationale vient de confirmer, imagerie cérébrale à l’appui, que notre pensée suit les lois quantiques.

Article complet sur Science et Vie.

 

La reconnaissance faciale qui révèlera votre nom et votre adresse

Clearview AI fournit aux autorités américaines un service de reconnaissance faciale piloté par une IA qu’elle compte aussi ouvrir au public. Pour être aussi efficace, l’entreprise a constitué une gigantesque base de données en récupérant illégalement des photos et des données personnelles sur internet.

Peu connu du grand public, Clearview AI travaille pourtant déjà avec près de 600 agences gouvernementales américaines, notamment le FBI. S’ils ont choisi Clearview AI, c’est à cause de l’efficacité de son intelligence artificielle qui est capable de reconnaitre un visage partiellement masqué. Mais c’est aussi à cause de sa gigantesque base de données. Avec 411 millions de photos, le FBI est l’agence qui dispose de la plus grande collection d’images dédiées à la reconnaissance faciale. Clearview AI en possède 3 milliards.

Plus inquiétant, Cleraview AI compte rendre accessible son service au public.

Article complet sur Tom’s.

 

L’utilisation de microdoses de LSD contre Alzheimer sur la bonne voie

De nouveaux résultats ont été publiés dans le cadre de l’un des premiers essais cliniques contrôlés contre placebo portant sur les effets du diéthylamide lysergique (LSD) à microdosage. Cet essai de Phase 1 est la première étape dans la vérification si ces types de méthodes de microdoses psychédéliques pourraient être utiles comme une approche thérapeutique pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, et bien que les premières données n’identifient pas les avantages cognitifs importants de la microdose, elles démontrent certainement que la méthode est suffisamment sûre pour procéder à des essais d’efficacité plus vastes.

Lire l’article entier sur NewAtlas.

 

Un humain placé en hibernation pour la première fois

Les médecins ont placé pour la première fois des êtres humains en « animation suspendue », dans le cadre d’un essai aux États-Unis qui vise à permettre de réparer des blessures traumatiques (qui auraient autrement causé la mort).

La technique, officiellement appelée « préservation d’urgence et réanimation » (eng : EPR), est menée sur des personnes qui arrivent au Centre médical de l’Université du Maryland à Baltimore avec un traumatisme aigu – comme un coup de feu ou un coup de couteau – et qui ont fait un arrêt cardiaque. Leur cœur aura cessé de battre et ils auront perdu plus de la moitié de leur sang. Il n’y a que quelques minutes pour opérer, avec moins de 5 pour cent de chance qu’ils survivent normalement.

Article à lire sur NewScientist

 

1er centre de médocs psychédéliques aux USA

L’université lance un centre de recherche psychédélique et de conscience au sein de John Hopkins Medicine. On pense qu’il est le premier de son genre aux USA et le plus grand centre de recherche de son genre dans le monde, selon l’école.
« Johns Hopkins est profondément engagé à explorer des traitements novateurs pour nos patients », a déclaré Paul B. Rothman, doyen de la faculté de médecine à l’Ecole de médecine de l’Université Johns Hopkins. « Nos scientifiques ont montré que les psychédéliques ont un réel potentiel comme médecine, et ce nouveau centre nous aidera à explorer ce potentiel. »

Article sur CNN

 

Des scientifiques s’élèvent contre la signification statistique

Enfin une évolution positive dans la mentalité des scientifiques, vers plus d’ouverture esprit ?

Comment les statistiques conduisent-elles si souvent les scientifiques à nier les différences, que ceux qui ne sont pas éduqués en statistique peuvent clairement voir ? Depuis plusieurs générations, les chercheurs sont avertis qu’un résultat statistiquement non significatif ne « prouve » pas l’hypothèse nulle (l’hypothèse qu’il n’y a pas de différence entre les groupes ou aucun effet d’un traitement sur certains résultats mesurés). Les résultats statistiquement significatifs ne « prouvent » pas non plus une autre hypothèse. De telles idées fausses ont largement déformé la littérature avec des prétentions exagérées et, moins célèbre, conduit à des prétentions de conflits entre études où il n’y en a pas.

Lire l’article publié dans le prestigieux magazine américain « Nature« 

Elon Musk veut connecter le cerveau aux machines

Elon Musk a enfin levé le voile sur les projets de sa mystérieuse société Neuralink. La start-up lancée en 2016 a développé un implant cérébral capable de de relier le cerveau à un ordinateur. Le dispositif a pour objectif de permettre aux personnes paralysées de contrôler leurs machines avec la pensée.

L’implant aurait déjà été testé avec succès sur des rats. Elon Musk également confié qu’un singe avait été capable de contrôler un ordinateur avec son cerveau. Il a également annoncé que les premiers tests sur humains auraient lieu début 2020. Neuralink devra cependant d’abord obtenir des autorisations de la Food and Drugs Administration, l’autorité qui régule les dispositifs médicaux aux USA.

Article sur Tom’s Guide

 

Encore des indices de maladies neuro-dégénératives venant des intestins

La preuve que la maladie de Parkinson peut commencer dans l’intestin est de plus en plus forte, selon de nouvelles recherches montrant que les protéines censées jouer un rôle clé dans la maladie peuvent se propager du système gastro-intestinal au cerveau.

Le corps humain forme naturellement une protéine appelée alpha-synucléine qui se trouve, entre autres, dans le cerveau et dans les terminaisons des cellules nerveuses. Cependant, les formes mal repliées de cette protéine qui s’agglutinent sont liées à des dommages aux cellules nerveuses, à une détérioration du système de dopamine et au développement de problèmes de mouvement et de parole, caractéristiques de la maladie de Parkinson.

Les derniers résultats, qui sont basés sur des études chez la souris, confirment une théorie de longue date : ce qui a anormalement plié l’alpha-synucléine peut commencer dans l’intestin, puis se propager au cerveau par le nerf vague – un faisceau de fibres qui commence dans le tronc cérébral et transporte les signaux à destination et en provenance de nombreux organes du corps, y compris l’intestin.

Article complet en anglais sur le Guardian