Comment les universités se préparent aux métiers qui n’existent pas encore ?

Les universités déterminent l’avenir : ils le forment par leur recherche et préparent des étudiants pour des emplois de demain. Mais au milieu de la quatrième révolution industrielle, il est dur de savoir à quoi l’avenir ressemblera. On s’attend aux changements technologiques comme l’automatisation et l’intelligence artificielle pour transformer le paysage de l’emploi. La question est : notre système éducatif assurera-t-il ?

La réponse compte parce que 65 % d’enfants entrant dans des écoles primaires travailleront dans des emplois et des fonctions qui n’existent pas actuellement, selon des Universités (rapport britannique). La recherche, qui explore « le rythme des changements rapide et la complexité croissante de travail », avertit aussi que le Royaume-Uni ne crée pas assez de travailleurs pour 2030.

Article sur The Guardian.

 

Tell people !

Facebook a laissé des grandes entreprises lire les messages privés

 

FILE PHOTO: Silhouettes of mobile users are seen next to a screen projection of Facebook logo in this picture illustration taken March 28, 2018. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration/File Photo

Selon des documents consultés par le New York Times, Facebook a octroyé à des géants de l’Internet, comme Amazon, Spotify ou Microsoft, un accès plus intrusif aux données personnelles que ce que n’avait admis le populaire réseau social.

Des accords spéciaux entre Facebook, fort de 2,2 milliards d’utilisateurs, et ces partenaires privilégiés exemptaient ces derniers des règles générales du respect de la vie privée. Ces révélations basées sur des documents internes et entretiens avec d’anciens employés mettent à nu les pratiques du gigantesque réseau social en matière de partage d’information.

Liste d’amis et messages privés
À titre d’exemple, le moteur de recherche de Microsoft, Bing, était autorisé à voir le nom de pratiquement tous les amis des utilisateurs de Facebook sans leur assentiment. Les plateformes de streaming Netflix ou Spotify pouvaient jouir de l’autorisation de lire les messages privés échangés entre membres du réseau social. Il était permis à Amazon, leader du commerce en ligne, d’obtenir les noms des usagers de Facebook et leurs contacts via leurs amis. Jusqu’à l’été passé, Yahoo pouvait même lire les flux de messages postés par les amis Facebook, en dépit de déclaration publique que la pratique avait pris fin.

Ces accords privilégiés ont été passés entre Facebook et pas moins de 150 partenaires, dont 60 constructeurs de téléphones portables, et certains étaient encore en vigueur en 2017.

Lire l’article sur 7sur7

 

Tell people !