7 astuces pour réussir à faire les choses qu’on traîne…


VOIR NOTRE INFOGRAPHIE SUR PINTEREST ICI !

 

Vous êtes embourbés dans la procrastination et les retards ? Vous n’arrivez plus à avancer dans votre vie ? Cet article est fait pour vous ! Découvrez ce qui doit changer dans votre comportement pour vous améliorer sur ce point-là.

1) Se mettre en condition pour accomplir les tâches pénibles

Eh ben oui, le début d’une action… se trouve avant le début de l’action lui-même. Le plus dur, c’est de rentrer dans l’état d’esprit adéquat pour faire les choses. Quand on dit que c’est le premier pas qui coûte le plus, c’est ça que ça veut dire. L’astuce, c’est de lancer le conditionnement intellectuel avant de lancer la tâche. Par exemple, si votre problème est d’aller au sport le soir après le travail, une attitude qui va vous aider à y aller effectivement est d’emporter avec vous votre sac de sport le matin en partant pour le travail, et d’aller à la salle directement après celui-ci. Ainsi, non seulement vous évitez la tentation de rester chez vous lorsque vous y retournez pour chercher votre sac le soir, mais en plus, le soir, en ressortant du bureau, votre tentation de rentrer chez vous est contrebalancée par le fait que vous avez déjà fait l’effort de prendre votre sac le matin : cette action n’aurait plus aucun sens si vous retourniez chez vous maintenant !

2) Réserver des espaces spécifiques aux différentes tâches

Il est important de séparer les lieux dédiés aux différentes occupations. En particulier, les moments de détente et les moments de travail doivent avoir lieu dans des espaces différents (des lieux différents, des pièces différentes, des bureaux différents…). Là aussi, il s’agit d’une histoire de conditionnement. Lorsque vous arrivez dans votre espace de travail, vous savez que vous êtes là pour travailler. Mais si votre espace de travail est aussi votre espace de loisir, la tentation de glisser de l’un à l’autre sera plus grande…

3) Faire un planning

Il s’agit de la suite logique des deux premiers points : le planning vous permet de vous projeter dans votre tâche avant que vous ne vous y trouviez réellement, et donc faire autre chose au moment prévu demandera un effort à votre cerveau. Il est important que votre planning soit écrit : « Les paroles s’envolent, mais les écrits restent ! » dit le dicton.

4) Commencer par les choses désagréables et finir par celles qui sont agréables

Puisque vous allez définir votre planning, commencez par prévoir de faire les choses désagréables en premier. Ce pour plusieurs raisons : déjà, si vous commencez par les choses agréables, votre plaisir sera gâché par le fait de savoir que les choses désagréables sont à venir (comme dit précédemment, votre cerveau est conditionné pour faire les choses dans l’ordre prévu, et les tâches à venir occupent donc de la place dans votre esprit). Ensuite, vous n’aurez aucune difficulté à passer des tâches désagréables à celles qui vous procurent du plaisir. En revanche, la tentation de ne plus respecter le programme prévu est plus grande lorsque vous prévoyez de les faire dans l’ordre inverse…

5) Créez-vous une routine

Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de l’habitude. Si vos plannings quotidiens se ressemblent de jour en jour et de semaine en semaine, très vite, vous rentrerez dans un cycle positif. Ce pour plusieurs raisons. Déjà, vous aurez confiance en vous : si vous avez réussi le jour ou la semaine passée à faire quelque chose, pourquoi y échoueriez-vous cette fois-ci ? Ensuite, les mécanismes intellectuels nécessaires pour rentrer dans la tâche sont toujours les mêmes, et s’ils reviennent périodiquement aux mêmes instants, votre cerveau se « configurera » mécaniquement et automatiquement pour effectuer les tâches prévues au moment prévu.

6) Se rappeler pourquoi on fait les choses

Une motivation précieuse est de se souvenir de pourquoi on fait les choses, quelles sont leur utilité. Une histoire intéressante à ce sujet est la suivante. Au Moyen-Age, un voyageur croise un homme maussade sur le bord de la route, un marteau et un burin en main. Il lui demande ce qu’il fait, ce à quoi l’homme répond : « Je casse des cailloux. ». Un peu plus loin, il en rencontre un autre, concentré sur sa tâche, avec les mêmes ustensiles en main que le premier. Il lui demande ce qu’il fait, ce à quoi l’homme répond : « Je travaille pour nourrir ma famille. » Enfin, il en rencontre un troisième, outillé comme les premiers, mais en extase. Et lorsque le voyageur lui demande ce qu’il fait, il répond : « Je bâtis une cathédrale ! » Essayez donc de prendre de la hauteur lorsque vous vous attaquez à une tâche particulièrement pénible, vous serez alors certain de faire ce pour quoi vous êtes fait.

7) Penser aux autres

Ca peut paraître ridiculement bien-pensant, dit comme ça. Mais en fait, c’est juste réaliste : sauf cas exceptionnel, votre vie n’a rien d’exceptionnel et les difficultés que vous rencontrez sont les mêmes que celles que rencontrent les autres personnes de votre entourage. Cela devrait vous aider à relativiser votre propre difficulté à assumer certaines tâches ingrates. De plus, observez les autres : inspirez-vous ainsi du comportement de ceux qui arrivent visiblement à surmonter les difficultés qui sont actuellement bloquantes pour vous.

En espérant que cette liste puisse vous être utile, je vous dis à la prochaine !

LE best-seller international qui a inspiré les autres :

S’organiser pour réussir : méthode GTD ou L’art de l’efficacité sans le stress, De David Allen

Retour en haut de l’article
 

Tell people !

Une pensée sur “7 astuces pour réussir à faire les choses qu’on traîne…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *