Du microplastique dans les organes

Des chercheurs de l’Université d’Etat de l’Arizona ont analysé 47 échantillons d’organes humains, prélevés d’une banque de tissus destinée à étudier les maladies neurodégénératives, et leurs conclusions sont sans appel. Des poumons aux reins, en passant par le foie et la rate, des microplastiques et nano plastiques ont été détectés dans chaque échantillon.

Les microplastiques peuvent héberger des produits chimiques toxiques et nuire à certaines créatures marines. Les moules perdent ainsi de leur adhérence lorsqu’elles y sont exposées. Les humains y sont exposés en consommant de la nourriture, en buvant de l’eau ou encore en respirant.

Si l’impact sur la santé n’est pas encore connu, beaucoup craignent que ces particules aient un impact notamment sur la fertilité et la fréquence des cancers.

Article sur Les Echos.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.