Des berceuses aux chants militaires – Les grands pouvoirs de la musique

QUOI

Une petite musique pour bien dormir ? Un petit chant entraînant pour se donner du cœur au ventre ? Psalmodier un texte pour mieux le retenir ? Ca marche !

 

La musique influe sur un certain nombre de facteurs cérébraux et, de ce fait, joue un rôle important dans l’apprentissage, les relations humaines, la perception du monde et la mémorisation.

POURQUOI

La lumière a de tout temps été associée à la vérité (d’où des expressions comme « faire la lumière sur », ou « le siècle des Lumières » qui désigne la première tentative humaine d’envergure de connaissance rationnelle du monde).

 

Et, pour les mêmes raisons, le sens de la vue est associé au savoir : on comprend instantanément d’où provient l’image que l’on a devant soi, et si un obstacle nous empêche de voir quelque chose, on visualise au moins l’obstacle : on sait que quelque chose peut se cacher derrière.

A l’inverse, l’ouïe a un caractère un peu magique : le son se développe dans l’espace, indépendamment des barrières physiques qu’il peut rencontrer. S’il est facile de masquer une image, il est plus difficile d’étouffer un son. Et, dans l’autre sens, il est souvent difficile de déterminer l’origine d’un son que l’on perçoit. Et encore, si l’on peut fermer les yeux, on ne peut fermer ses oreilles. De ce fait, le sens de l’ouïe efface la barrière entre l’individu et le monde qui l’entoure. Les sons l’atteignent directement et modifient sa personne, sa structure psychologique profonde. Ils nous mettent en rapport avec l’Inconnu. De ce fait, la musique joue un rôle très important sur le fonctionnement du cerveau et dans le développement humain.

COMMENT

La mémorisation musicale utilise des zones du cerveau différentes de la mémorisation linguistique. Elle utilise principalement deux types de mémoires distincts : la mémoire sémantique, qui permet d’identifier un air ou de le siffler, et la mémoire épisodique, qui permet de le remettre dans le contexte dans lequel on l’a déjà entendu, de faire revenir les événements et les émotions qu’on associe à cet air musical ou à ce son.1

On sait de plus que l’ouïe se développe très précocement, déjà dans le ventre de la mère : le bébé entend alors fonctionner le système physiologique de son hôte. On voit donc que le système auditif est plus primitif que le système visuel et que, comme dit plus haut, il est associé à une phase de développement où le sujet n’est pas encore « individué ». Et comme la mémoire du son est toujours contextualisée, écouter des sons passés nous « remet dans le contexte de l’époque » et nous fait revivre les émotions du passé. Dit autrement : on peut « fixer » des émotions sur une musique ! 1

ON PEUT EN FAIRE QUOI

Quoi ? Beaucoup de chose, bien sûr, avec un outil pareil !

On peut par exemple l’utiliser pour mieux mémoriser un texte en le mettant en chanson (« Et c’est tellement, plus mignon, de se faire traiter de con, en chanson ! »).

 

La mémoire sémantique nous fait connaître l’air, donc la note qui va venir, et la mémoire épisodique va nous rappeler le mot qui doit venir avec la prochaine note. C’est d’ailleurs pour ça qu’il existe autant de musiques populaires : la musique est un vecteur culturel d’une incroyable qualité.

Mais on peut aussi aider son bébé à s’endormir en lui chantant une berceuse : très vite, il l’associera à la présence de sa mère : son odeur, son contact, sa voix, la tétée… Et le simple chant le replongera à l’avenir dans cette ambiance confortable. Elle a d’ailleurs le pouvoir de calmer aussi le parent qui la chante en le renvoyant dans sa propre enfance ! C’est d’ailleurs sûrement pour cela que certaines berceuses ont traversé les âges, de génération en génération… Et elle est si puissante qu’un programme de musicothérapie, axé sur les berceuses, a été développé au Canada pour sécuriser les enfants présentant un trouble de l’attachement. 1

Les applications sociales sont ensuite infinies : à lire dans notre prochain article !

 

Pour aller plus loin / Lien(s) utile(s)



Notes

1■ Article musique et cerveau, mai 2017

Retour en haut de l’article

Tell people !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *