Un sociologue devient généticien et change d’avis

 

 

 

Conley décrit ses premiers travaux académiques comme de la « sociologie de gauche ». Sa thèse de doctorat portait sur l’écart de richesse en noir et blanc et il a consacré ses débuts de carrière à l’étude de la transmission de la santé et de la richesse entre parents et enfants.

A l’Université de New-York, Conley n’arrêtait pas d’entrer en désaccord avec les généticiens, arguant que leurs méthodes étaient dangereusement naïves. Il lui semblait peu plausible que juste par l’étude de jumeaux – l’étalon-or de la recherche en génétique – était suffisante pour nous apprendre la différence entre l’inné et l’acquis.

Mais avec le temps, il a décidé qu’il ne suffisait pas de débattre.  Conley est un universitaire, et même au sein de ce groupe torturé, il paraît un peu masochiste. À l’époque, il était professeur titulaire, le genre de poste que la plupart des gens considèrent comme la fin d’une carrière universitaire, et pourtant il décida d’y retourner et d’obtenir un autre doctorat, cette fois en génétique. Il s’est lancé dans ce cursus persuadé que notre environnement social est largement la cause de nos performances et que la biologie est habituellement la variable dépendante.

À la fin de cette période, selon lui, la flèche causale dans son esprit avait fait un 180° :
« J’ai essayé de montrer que les modèles génétiques surestimaient l’impact de la génétique à cause de leurs hypothèses folles. » Il soupire. « Mais au final j’ai fini par montrer qu’ils avaient raison. »

L’article détaillé en entier sur le New York Times.

 

Tell people !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *